Après avoir erré longtemps dans la brousse, il atteint un village où se dresse une potence: "Dieu soit loué, me voilà en pays civilisé !"

- Jonathan Swift

h

h

dimanche 5 avril 2015

Kenya: Pâques sanglantes pour les chrétiens

FIGAROVOX/TRIBUNE - Le massacre de Garissa a rappelé l'existence des Shebab, groupe d'islamiste radicaux somaliens que l'on croyait à bout de souffle. Il rappelle que le martyr des chrétiens touche aussi l'Afrique.

Garissa est située au nord-est du Kenya, dans une province majoritairement musulmane et peuplée par l'ethnie somalie. C'est sur un terrain où ils disposaient de complicités que les terroristes somaliens ont pu agir, tuant au moins 147 personnes à l'université. 
Nés en 2006, issus de l'organisation des Tribunaux islamiques, les Shebab ont prospéré dans le chaos somalien, qui dure depuis la chute du régime marxiste de Siyad Barré, en 1991. En 2008, leurs succès militaires ont provoqué l'intervention de plusieurs pays africains voisins, l'Ethiopie et le Kenya en tête. Des troupes africaines sont toujours présentes en Somalie pour protéger le gouvernement de la capitale, Mogadisco, à travers l'African Union Mission to Somalia (AMISOM). Une opération de maintien de la paix largement financée par l'Union européenne.

Depuis 2012, les Shebab accumulent les revers. En septembre 2012, ils ont perdu le port de Kismayo, qui était la plaque tournante du commerce de charbon de bois. Si Daech se finance en partie grâce au pétrole, les Shebab tirent d'importants bénéfices du trafic de charbon de bois, répandu dans toute la Corne de l'Afrique comme combustible nécessaire à la cuisine. Leurs autres sources de financement sont le racket, les dons de fortunes du Golfe, et le régime érythréen, qui souhaite nuire, à travers eux, à l'Ethiopie, grand pays voisin rival.

Lire la suite sur FigaroVox

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire